Médecine Esthétique : Les techniques qui buzzent

Mars 2017

LE MENTON, OBJET DE TOUTES LES ATTENTIONS

LE MENTON, OBJET DE TOUTES LES ATTENTIONS

Les faits. Garder un bel ovale est une préoccupation dès 40 ans. Or, si on parle beaucoup des ultrasons micro-focalisés (Hifu) pour traiter un début de relâchement, ils n’ont aucun effet sur le double menton.

La nouveauté. Le pionnier américain Zeltiq (CoolSculpting) et le français Deleo (Cristal) proposent désormais un embout pour cette zone. “La cryolipolyse permet d’affiner le contour du visage de façon naturelle, considère la dermatologue Nadine Pomarède. Les cellules graisseuses sont éliminées dans les semaines qui suivent, et les résultats – 25 à 40% de graisse en moins – optimums au bout de trois mois.” Les suites : quarante-huit heures d’oedème et la zone reste sensible plusieurs jours. de 300 à 600€ la séance selon l’appareil.

L’avenir. Tout le monde attend l’agrément européen du Belkyra (Allergan), déjà injecté aux Etats-Unis sous le nom de Kybella. “Cette molécule à base d’acide déoxycholique détruit les cellules graisseuses. Sa mise au point découle d’études d’efficacité et d’innocuité sérieuses, affirme le Dr Benjamin Ascher”, chirurgien plasticien et directeur scientifique de l’Imcas. Ca se passe comment ? “On pique une trentaine de fois avec une petite aiguille sans anesthésie [comme chez le dentiste, ndlr]. Le résultat optimal s’observe au bout de trois mois et il faut de un à trois traitements espacés de six semaines”, ajoute-t-il. Le bémol ? C’est coûteux, environ 1000$ la séance (930€ aux Etats-Unis. On est très gonflé durant huit jours, la zone est d’abord douloureuse puis sensible au toucher. Autre limite : pas question de l’employer si la peau est relâchée. “Il faut que le matelas graisseux soit suffisant”, insiste le Dr Ascher. Signe que les injections anti-gras pourraient se développer, deux autres produits sont dans les starting-blocks mais les labos n’ont pas encore fourni d’études.